Comment ne laisser aucune chance à l'intoxication au CO

Le monoxyde de carbone est un gaz très perfide. Il est donc prudent de prendre des précautions pour éviter toute intoxication au CO dans votre habitation.

Comment ne laisser aucune chance à l'intoxication au CO

intoxication au CO

On lit régulièrement dans le journal : un homme, une femme ou un couple décédés chez eux à cause d'une intoxication au CO. Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz perfide. Il n'a ni couleur ni odeur, mais il peut être mortel. Il est donc prudent de prendre les précautions utiles pour éviter toute intoxication au CO dans votre habitation. Voici quelques conseils.

CO : un tueur insidieux

Le monoxyde de carbone (CO) est parfois appelé le tueur silencieux ou insidieux. Chaque année, il fait plus de mille victimes concernées par une intoxication au CO. Pour un petit nombre d'entre elles (2 à 3 %), cette intoxication peut être fatale.

Le CO se forme lors d'une combustion incomplète en absence oxygène. Ce peut par exemple être le cas si votre chaudière au gaz, au mazout ou au bois ne fonctionne pas correctement. Le CO est toxique, mais il n'a ni odeur ni goût et il n'irrite pas, ce qui fait qu'on le remarque à peine. Si vous sentez malgré tout une odeur de combustion bizarre, redoublez de vigilance et détectez l'origine de cette odeur. Si une personne présente des symptômes d'intoxication au CO, comme des maux de tête, des vertiges, des nausées ou des vomissements, ouvrez immédiatement les fenêtres et les portes, éteignez la chaudière, évacuez la victime et appelez les services d'urgence.

Quand risquez-vous une intoxication au CO ?

Si vous avez un appareil de combustion qui utilise l'air ambiant de votre habitation, vous devez vous assurer qu'il fonctionne correctement – qu'il est donc bien réglé et bien entretenu – et que l'arrivée d'air frais est toujours garantie. Autre élément important : les gaz de combustion doivent pouvoir être évacués vers l'extérieur.

En cas de problèmes avec l'un des points susmentionnés, vous risquez une intoxication au CO. Ce risque est le plus élevé entre octobre et mars, lorsque les appareils de chauffage sont en marche, mais il est également présent pendant le reste de l'année, par exemple avec les préparateurs d'eau chaude au gaz.

Soyez vigilant lors de ces conditions météorologiques

Dans certaines conditions météorologiques, le tirage de la cheminée peut être trop faible, ce qui peut entraîner une mauvaise évacuation des gaz de combustion qui se répandent alors dans l'habitation. C'est surtout possible en cas d'inversion des températures, un phénomène qui apparaît par temps calme et brumeux.

Le tirage de la cheminée se produit en raison des différences de températures entre les gaz de combustion chauds et l'air extérieur froid. Normalement, la température baissant avec l'altitude, les gaz continuent de monter. En cas d'inversion des températures, on voit apparaître une couche d'air chaud à faible altitude, ce qui empêche les gaz de combustion de progresser. Ils risquent alors d'être refoulés dans l'habitation. Si vous avez déjà des problèmes avec votre appareil de chauffage, des conditions météorologiques défavorables peuvent donc former un facteur de risque supplémentaire.

Le risque d'intoxication au CO est également plus grand en hiver, lorsqu'il commence à geler. Pendant ces périodes, les gens chauffent souvent beaucoup et gardent les portes et fenêtres fermées. Cela peut empêcher l'arrivée d'air frais pour la combustion.

Évitez une intoxication au CO

Si vous ne chauffez pas au gaz, au mazout ou au bois, vous ne risquez aucune intoxication au CO. Une forme de chauffage alternative et durable comme une pompe à chaleur éventuellement associée à un système solaire représente donc un investissement judicieux dans ce domaine.

Si vous vous chauffez au gaz, au mazout ou au bois, veillez à bien faire entretenir votre appareil de chauffage. Mieux vaut remplacer un appareil trop ancien. Si vous optez pour un système fermé avec arrivée d'air extérieur (type C), les risques d'intoxication au CO sont très faibles. Important : faites toujours installer et entretenir votre appareil de chauffage par un spécialiste agréé.

 Il est également crucial de ventiler correctement pour éviter l'intoxication au CO. Si vous avez une chaudière ouverte dans la salle de bains, vous devez prévoir une ouverture non fermable de 150 cm2 au bas de la porte. En cas de chauffe-eau au gaz dans la cuisine, deux ouvertures de ventilation sont obligatoires.

Enfin, faites régulièrement contrôler et, au besoin, ramoner votre cheminée.

Au sujet de cet article

Publié le:

13 novembre 2018

 

Catégorie:

Ventilation

Gelijkaardige artikels