Vous souffrez du rhume des foins ? Préparez-vous à l'avance.

Votre maison, une zone sans allergènes

rhume des foins ventilation

Le beau temps est de retour, quel plaisir ! Hélas, il annonce aussi la saison des pollens… Faites-vous partie des 3 millions de Belges qui souffrent du rhume des foins ? Ce soleil qui brille est-il synonyme pour vous de nez qui coule et d’allergie, même avec les conseils et les médicaments qu’on vous donne ? Saviez-vous qu’il est très facile d’atténuer votre rhume des foins en adoptant les bons réflexes en matière de ventilation de votre maison ? Découvrez tous nos conseils !

Le rhume des foins, qu’est-ce que c’est ?

En plein milieu de l’été, vous présentez soudain tous les symptômes d’un rhume : vous avez le nez qui coule ou le nez bouché, vous éternuez, vos yeux pleurent, vous avez des maux de tête… Vous avez même peut-être la gorge ou le palais qui démangent. En somme, vous vous êtes déjà senti mieux. Ces symptômes vous sont familiers ? Vous souffrez probablement du rhume des foins. Lorsque le pollen contenu dans les graminées ou les arbres entre en contact avec les muqueuses de votre nez ou de vos yeux, une réaction allergique survient. Pour savoir si vous avez vraiment le rhume des foins, le mieux est de se rendre chez un médecin généraliste pour effectuer un test allergique. N’oubliez pas le test de pollinisation croisée : les personnes atteintes du rhume des foins ont plus de risque de réagir de manière allergique à certains fruits et légumes, qui contiennent les mêmes allergènes que le pollen.

À quel moment tombe la saison du rhume des foins ?

Le plus pénible avec le rhume des foins, c’est qu’il peut durer de février à aout selon le type de pollen auquel vous êtes allergique. Pour certaines personnes, la saison du rhume des foins ne dure qu’un mois, alors que pour d’autres, elle est beaucoup plus longue. Quoi qu’il en soit, plus il y a de pollen dans l’air, plus vos symptômes seront prononcés. Il est donc important de connaitre les périodes de floraison afin de prendre les dispositions nécessaires.

●        Graminées : mai à septembre.

●        Ortie : juin à septembre.

●        Bouleau : mars à mai.

●        Pin et sapin : avril à mai.

●        Chêne et châtaigner : avril à juin.

●        Aulne et noisetier : février à mai.

●        Oseille : mai à aout.

●        Plantain : mai à septembre.

●        Herbe de la Saint-Jean : juillet à aout.

●        Cyprès : mars à mai.

Premiers réflexes en cas de rhume des foins

La première chose à faire, c’est de suivre les recommandations de votre médecin, mais si vous connaissez le pollen auquel vous êtes allergique, le mieux est de l’éviter. Par exemple, ne tondez pas la pelouse si votre allergie est provoquée par les graminées. Vous êtes allergique au pollen du bouleau ? Oubliez la promenade dans le parc… Il existe d’innombrables sites Internet qui recensent les différentes concentrations de pollen. Respectez les recommandations et évitez les efforts en plein air. Vous n’avez pas envie de rester à l’intérieur ? Pourquoi ne pas aller passer une journée à la mer ?

Adieu le pollen dans la maison

Pour limiter vos symptômes, l’idéal est de rester à la maison… pour autant qu’elle ne contienne pas de pollen. Fermez vos fenêtres et optez pour un purificateur d'air intelligent qui filtre le pollen afin de profiter malgré tout de l’air frais. Les particules de pollen ne résistent pas à l’humidité, c’est pourquoi il peut être une bonne idée de nettoyer soigneusement votre maison, de vous laver les cheveux avant d’aller dormir et de faire sécher votre linge à l’intérieur.

Évitez les irritations supplémentaires

En plus du pollen, mieux vaut éviter les autres sources d’irritation, comme la cigarette ou les odeurs fortes. Si vous avez mal aux yeux, ne portez pas de lentilles et rincez-les régulièrement avec de l’eau tiède. Surtout, ne frottez pas !

À propos de ce article

Posté le:

16/04/2018

 

Catégorie

Purification de l'air

Articles apparentés