Passer au contenu principal

Projections des économies d'énergie réalisées grâce aux pompes à chaleur

Extrait du document "Drivers to heat pump adoption by European Households“ ("Facteurs favorisant l'adoption des pompes à chaleur par les ménages européens"). 

Selon les hypothèses de marché prises en considération dans ce modèle, l'installation d'une pompe à chaleur pour remplacer une chaudière au gaz naturel comme système de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire devrait générer des économies d'énergie sur la période de référence de 10 ans. Les économies réalisées sont supposées augmenter dans le temps.

L'un des arguments récurrents en faveur de l'installation d'une pompe à chaleur est la réduction de la consommation d'énergie prévue, qui se traduit par une diminution du montant des factures et donc des économies plus importantes pour les ménages. Pour étayer cette affirmation, Daikin Europe a réalisé une simulation de l’évolution des prix de l'énergie en Europe. Cette démarche prend nécessairement appui sur des hypothèses et présente un degré élevé d'incertitude concernant l'évolution future de l'économie mondiale, mais elle permet d’obtenir une base relativement fiable pour l'évaluation future des économies d'énergie.

Pour estimer les futurs prix de l'énergie pour les ménages, Daikin a établi une projection de prix de référence, basée sur un historique des prix de l'énergie en y appliquant une correction en vue d’atténuer l'effet des valeurs aberrantes. En outre, l'effet du système européen d'échange de quotas d'émission sur les prix à la consommation a été pris en compte, de même que l'effet futur de la fiscalité carbone. Le graphique ci-dessous fournit une estimation de l'évolution des prix sur la base des hypothèses décrites ci-dessus. 

Calculs réalisés en interne

Bien que les prévisions de prix au-delà de 2032 dépassent le cadre de ce projet, il convient de noter qu'après 2035, l'effet du système d'échange de quotas d'émission et de la fiscalité carbone jouera un rôle encore plus important dans l'augmentation du coût des combustibles fossiles pour les ménages européens.

Pour mieux définir les économies d'énergie jusqu'en 2032, une étude de cas a été réalisée dans le but d’obtenir une projection des économies estimées sur une période de 10 ans. Deux cas ont été étudiés :

  • la consommation d'une pompe à chaleur

  • la consommation d'une chaudière à gaz.

A titre de référence, une maison nécessitant 10 000 kWh pour son chauffage a été choisie. Cela correspond (approximativement) à une consommation annuelle de gaz de 1 100 m3. Cette maison de référence serait une maison neuve de 200 m2 ou une rénovation de taille moyenne (jusqu'à 120 m2, classe énergétique E).

Dans cette comparaison précise, l'installation d'une pompe à chaleur devrait générer des économies d'énergie systématiques sur la période de référence de 10 ans. Le tableau ci-dessous indique les économies d'énergie prévisionnelles en cas d'utilisation d'une pompe à chaleur (PAC). 

Le tableau ci-dessous indique les économies d'énergie prévisionnelles en cas d'utilisation d'une pompe à chaleur (PAC).

Les économies d'énergie sont supposées augmenter au fil du temps, à mesure que l'écart entre les prix moyens de l'électricité et du gaz naturel en Europe se creuse. Le montant total économisé à la fin de la période de référence dans la simulation est de 2 602 euros. Les sommes économisées sont toujours positives et croissent suivant un rythme régulier sur 10 ans. 

Calculs réalisés en interne

Ces résultats reposent sur l'hypothèse d'un taux de rénovation et d'un effet d'amplification cohérents avec le taux européen actuel, puis sur la mise en œuvre d'une taxe carbone à partir de 2023 pour faciliter la décarbonation, et sur des parts de marché constantes des technologies en présence avec, à terme, une élimination progressive des chaudières sans condensation.

Il ne faut surtout pas oublier, en interprétant les données de ce document, que les prix de l'énergie prévisionnels dépendent des hypothèses sous-jacentes du modèle considéré et qu'ils présentent un taux d'incertitude élevé concernant l'évolution future du marché de l'énergie et de l'économie mondiale. Il est donc impératif de garder à l'esprit qu'il s'agit de simulations et non de prévisions.

Pour une évaluation quantitative plus précise, pour les sources et les références, veuillez vous référer au document complet en anglais.