Le mazout va-t-il bientôt être interdit ?

Une chaudière à condensation au mazout Daikin

chaudière à condensation au mazout

Recevez le magazine Daikin via mail

Depuis de nombreuses années, le mazout est la source d’énergie par excellence pour chauffer son habitation. Mais la vague écologique vient progressivement mettre un terme à ce règne, car de plus en plus de ménages optent pour des systèmes de chauffage durables, tels que des chaudières à condensation au gaz. Quoi de plus logique, quand on sait à quel point le mazout est peu respectueux de l’environnement et n’a donc pas sa place parmi les sources de chaleur d’avenir. Le glas du mazout a-t-il pour autant sonné ? Nous vous l’expliquons dans cet article.

Pourquoi le mazout pollue-t-il autant ?

Le mazout est un combustible liquide obtenu à partir du pétrole. Comme il s’agit d’une source d’énergie fossile, il contient des hydrocarbures obtenus à partir de la fossilisation d’organismes vivants (plantes et animaux) ayant vécu il y a des milliards d’années.

Lors de la combustion de matières fossiles, comme le mazout, une grande quantité de dioxyde de carbone (le fameux CO2) est dégagée. Ce gaz est en grande partie responsable du phénomène d’effet de serre, qui, à son tour, entraîne le réchauffement de la Terre. Mais le dioxyde de carbone n’est pas la seule matière polluante rejetée lors de la combustion de mazout : on retrouve également de la suie, des particules fines ainsi que des composés soufrés et azotés. D’ailleurs, ces derniers sont à l’origine de la pollution de l’air et de pluies acides qui peuvent tomber sur nos têtes.

Transition vers un chauffage durable

Au vu de la liste des matières polluantes émises lors de la combustion du mazout, on comprend rapidement qu’il ne s’agit pas d’une énergie d’avenir et qu’il est préférable de progressivement opter pour des systèmes de chauffage respectueux de l’environnement. Une autre possibilité reste également de combiner un combustible fossile avec une énergie renouvelable.

Bonne nouvelle pour vous : cette transition est déjà en marche. Selon le régulateur énergétique flamand VREG, seul un cinquième des ménages du nord du pays se chauffe encore au mazout. Pour les foyers qui ont choisi de se chauffer avec une énergie durable, la plupart ont opté pour le gaz naturel (62 % des ménages), mais les pompes à chaleur, qui tirent la chaleur de l’air extérieur, de l’eau ou de la terre, enregistrent également une forte croissance. L’installation de panneaux solaires connaît également un certain succès, car vous pouvez alors profiter d’une énergie verte pour alimenter votre pompe à chaleur.

Vers une interdiction totale du mazout ?

La question est de désormais savoir si, à terme, le mazout doit être totalement proscrit. Du côté de la Flandre, le formateur Bart De Wever affiche dans sa note sa volonté d’une « disparition des appareils de chauffage polluants ». Lors d’une entrevue avec l’intéressé, le journal De Tijd lui demandé si une telle décision engendrerait d’autres interdictions, comme celle d’installer des chaudières au mazout dans les nouvelles constructions. Le chef du parti N-VA a répondu : « L’objectif est de réduire la consommation d’énergies fossiles au profit de l’électrique, notamment avec les pompes à chaleur. »

En lien avec de tels propos, le parti a ressorti une mesure proposée par le Gouvernement flamand l’été dernier. Un accord avait alors été conclu pour interdire l’installation de nouvelles chaudières au mazout à partir de 2021 et une interdiction totale à partir de 2035. Les fournisseurs de mazout avaient fait savoir leur mécontentement, contraignant les autorités à revenir sur leur décision.

Aujourd’hui encore, la note de Bart De Wever n’indique pas une interdiction totale, sauf pour l’installation d’une chaudière à mazout dans une nouvelle construction. Toutefois, on remarque dans la pratique que la mise en place d’un système à énergie fossile dans les nouvelles bâtisses est devenue rare. Quant à savoir le moment où cette mesure entrera en vigueur, tout dépend des négociations. La note sert juste de marche à suivre. Affaire à suivre...

La situation à Bruxelles et en Wallonie ?

Du côté de Bruxelles et de la Wallonie, le nœud gordien a déjà été tranché. L’été dernier, la Région de Bruxelles-Capitale a voté l’interdiction d’installer de nouvelles chaudières à mazout à partir de 2025. En Wallonie, cette même interdiction s’appliquera à partir de 2035. Voilà une bonne chose de faite !

 

Au sujet de cet article

Publié le :

14 septembre 2019

 

Catégorie:

Chauffer

Articles apparentés